Ce que nous faisons Contexte et réalisations Notre histoire en photos Conseil et employés Le rapport biannuel Partenaires canadiens Éthique et confidentialité
Afrique Activités africaines régionales Asie Europe de l'est Amérique latine et Caraïbes Le microfinancement du logement – Optimiser la croissance économique Logement et VIH/sida Droit au logement et gouvernance La sécurité alimentaire urbaine, l'agriculture urbaine et les espaces pour le logement
Quoi de neuf? Le bulletin Archives
Offres d'emploi Conseillers techniques Bénévoles Programme de stages
Campagne pour le Zimbabwe Campagne au Kenya Autres campagnes
Nouvelles et ressources

Le micro-financement aide à améliorer le logement à Dar es Salaam


Nouvelles et ressources

Salome Labelle
Stagiaire d’Abri international

 

Symphroza Njuka est une veuve de 62 ans qui vit à Dar es Salaam, en Tanzanie. En octobre 2007, elle a adhéré à une Société coopérative d’épargne et de crédit (SCEC) mise sur pied par le partenaire d’Abri international, le WAT -Human Settlements Trust.

 

Mme Njuka est membre du groupe d’épargne (ou Upatu) appelé Kupongezana, qui signifie «félicitations» en Kiswahili. Les cinq membres sont des voisins qui vivent à Hannanasif, un des plus anciens établissements informels de la ville. Le groupe a obtenu un prêt d’environ 1 000 $ de la SCEC remboursable sur un an.

 

Mme Njuka a déjà utilisé sa part du prêt pour augmenter la hauteur des plafonds de deux pièces de sa maison, permettant d’améliorer la circulation de l’air et de réduire la température et le risque de maladies. Elle a également remplacé les feuilles de tôle ondulée rouillées et percées sur le toit.

 

Mme Njuka a indiqué qu’il était difficile d’obtenir un prêt pour rénover son logement. Les institutions locales de microfinancement prêtent de l’argent aux salariés à faible et modeste revenu uniquement à des fins d’entrepreneuriat. La plupart des autres établissements demandent des titres ou des biens, tels des téléviseurs et des sofas, comme garantie.

 

«J’avais peur de demander un prêt après avoir vu des membres de ma famille et des voisins perdre leurs meubles et leurs biens parce qu’ils n’avaient pas remboursé leur prêt à temps», souligne  Mme Njuka.

 

Le système du SCEC utilise les membres du groupe Upatu comme garantie pour le prêt. Chaque membre est responsable non seulement de sa portion, mais du montant total. Cette pression sociale encourage les emprunteurs à rembourser régulièrement et à temps leur emprunt.

 

Mme Njuka rembourse son premier prêt et elle prévoit emprunter de nouveau pour aménager une fosse sceptique et une toilette. Toutes ces améliorations l’aideront elle et sa famille à vivre plus longtemps et plus sainement.